Selon le mot de Paul Eluard, Rozsda n’observe plus, il va « donner à voir». C’est à partir de ce moment que le spectateur ne peut plus se contenter d’un regard distrait et rapide envers un univers de couleurs et de formes complexes qui s’entrelacent mutuellement dans un mouvement dialectique constant. - Françoise Gilot