ENDRE ROZSDA, Mélusine Numérique n° I, Éditions Mélusine

 

Revue de l’Association Pour la Recherche et l’Etude du Surréalisme
A.P.R.E.S.


Rassemble les actes de la journée d'étude organisée à la Halle Saint-Pierre le 10 mars 2018. Animée par Henri Béhar (Professeur émérite, Université Sorbonne Nouvelle) et Françoise Py (Maître de conférences en histoire de l’art à Paris 8)

 

L’APRES s’est donné pour but d’approfondir la connaissance du surréalisme sous toutes ses formes. C’est pourquoi elle a consacré une journée d’étude à l’examen de l’œuvre picturale d’Endre Rozsda.


On verra, par les études ici réunies, qu’il a su dépasser le quotidien pour atteindre à l’intemporel, à l’image de Marcel Proust, qu’il révérait.

 

CONTRIBUTIONS     


David ROSENBERG : Endre Rozsda ou le temps retrouvé


Adam BIRO : Le nom du désordre    


Patrice CONTI : À la recherche de l’hors du temps : Endre Rozsda et la figure de Marcel Proust   


François LESCUN : Endre Rozsda et la musique 

   
Alba ROMANO PACE : Endre Rozsda, peintre du mystère    


Borbála KÁLMÁN : Suivre le fil de la parque : tentative d’exploration des strates rozsdéennes    


Claude Luca GEORGES : Abstraction et présence du monde chez Endre Rozsda

 

...André Breton voit dans ses toiles aux tons mêlés, aux images fragmentées, comme un humus. On ne peut s’empêcher d’associer l’humus à la rouille.
Rozsda signifie rouille en hongrois, ainsi l’artiste s’est donné un nom de couleur, la couleur du temps. Sa préoccupation fondamentale  est de peindre le temps, un temps réversible, avec des souvenirs du futur...
                                                                               Françoise PY, directrice de publication.

melusine logo.jpg
címlap_logo.JPG

 

Cet ouvrage peut être téléchargé :
     en français,

     et en anglais.

Version papier
 
Nous avons trouvé indispensable que le souvenir de la première journée d’étude universitaire sur Rozsda puisse être consulté dans les rayons des bibliothèques en plus du média informatique. En conséquence nous avons édité une version papier hors commerce consultable dans les bibliothèques d’art et, bien sûr, aux archives de l’atelier Rozsda.
 
Pour financer cette opération nous avons établi une édition limitée : trente exemplaires sur papier couché demi mat, illustrés en quadrichromie, numérotés de 1/30 à 30/30, accompagnés chacun d’un dessin original de l’artiste à l’encre de Chine et livrés dans un coffret toilé Dermont-Duval.
Les derniers exemplaires sont en vente à la galerie Les Yeux Fertiles
27, rue de Seine - 75006 Paris

Note de lecture
 
La revue Europe (célèbre revue littéraire créée par Romain Rolland en 1923) présente Mélusine Numérique n° I  dans une note de lecture parue dans son numéro de mars 2020.
 
Dans cet article, Nathalie Georges-Lambrichs définit cet ouvrage consacré à Rozsda comme : « [ ...] une manière de mobile virtuel, à l’image de Rozsda-et-sa-peinture. Divers et diffractés, les textes se répondent, enserrant un espace qui toujours les excède, mais pousse chacun dans sa logique, à fond : témoignages, analyses, rapprochements et voisinages, le souffle du surréalisme anime un portrait de l’artiste en neuf fragments [ ...] ».
 
Nathalie Georges-Lambrichs a bien connu Rozsda, ce qui lui permet de croquer l’artiste et l’homme en peu de lignes mais avec une grande acuité : « Il fut surréaliste et intraitable. Insupportable. Épris d’un humour abyssal, doublé d’une ironie tendre. Son inertie à lui ? C’est la peinture, toujours la peinture, sept jours sur sept, et sinon ce sont les dessins, c’est la photo, et ce sont les visites au Louvre. [...] C’est ainsi qu’il résiste, et fait l’air du temps s’arrêter à sa porte et se condenser en ce terme qui aujourd’hui l’installe dans la compagnie de ses pairs. »
 
Revue Europe n° 1091, mars 2020
En vente en librairie