EXPOSITION INTERNATIONALE DU SURRÉALISME

Galleria Schwarz, Milan, 1961

 

Le catalogue de l’Exposition Internationale du Surréalisme est

introduit par un texte de José Pierre, organisateur de la mostra.

Chacun des peintres participant fait l’objet dans le catalogue

d’une présentation rédigée par un ou plusieurs auteurs

surréalistes. 

 

Dans le texte qu’elle consacre à Rozsda, la poétesse

Joyce Mansour écrit :

« Un tableau de Rozsda, cela fait penser à l’extravagant

gaspillage de la forêt automnale, aux pommiers en fleurs

après la mort du soleil, à l’or oculaire, malléable et immobile,

tout frais sorti des chants du pays des Magyars, à la mélodie

fauve des charnettes qui passent et repassent dans le demi-soleil

sans prendre une seule brindille d’étoile, à l’ombre salée des

réverbères oubliée sur le trottoir, aux belles armoires en forme

de coeurs, aux corps planétaires de terrible densité captifs de ces coeurs, aux cellules de l’enfance, au réveil. Oui, cela fait penser au réveil decelui qui croyait dormir sur un précipice et qui n’attendit point la mort pour s’envoler. »

Pour ce catalogue, il a été imprimé 50 « exemplaires de tête » numérotés de I à L, intégré à l’Anthologie Internationale de la gravure Surréaliste comprenant des gravures originales de certains des artistes participants.

Anthologie de la gravure

Gravure originale n°8