JOURNÉES EUROPÉENNES DU PATRIMOINE

Visite commentée « De l’atelier Picasso à l’atelier Rozsda. Au Bateau Lavoir »


L’espace que jadis occupa Picasso, reconstruit après l’incendie de 1970, abrite aujourd'hui l’Atelier Rozsda qui conserve intacte l’empreinte de son dernier occupant mais reste hanté par Picasso et sa « bande ».


Pablo Ruiz Picasso en 1904 va s’installer au Bateau Lavoir, usine désaffectée transformée en ateliers pour jeunes peintres désargentés. Il occupera l’atelier situé à l’angle sud-ouest du premier sous-sol. Entouré de poètes et en tandem avec le jeune Braque, Picasso va faire de ce lieu le laboratoire d’où va éclore le Cubisme. C'est là qu'il peindra Les demoiselles d’Avignon.


En 1978, Endre Rozsda est très ému de se voir attribuer cet atelier situé exactement dans le même angle sud-ouest du premier sous-sol, car c’est la découverte de l’œuvre de Picasso en 1939 qui a permis à Rozsda de trouver son langage artistique.


L’Atelier est devenu, tout en conservant une activité picturale, un lieu de recherche et de réflexion sur l’œuvre de Rozsda. Ses animateurs, pendant les JEP, retraceront les moments qui ont fait du Bateau Lavoir un lieu mythique. Ils évoqueront la carrière d’Endre Rozsda, ses singularités, ses affinités avec Picasso, Françoise Gilot, André Breton et Raymond Queneau.



Visite libre « La marelle des Arts sur les pas de Rozsda »

Jeu interactif avec l’application EPLORAMA


Nous avons conçu une visite libre des environs du Bateau-Lavoir en suivant les déambulations de Rozsda. Il avait eu la chance d’avoir comme guide André Breton très friand des expériences extra sensoriales que procure la visite de lieux fréquentés jadis par des personnes illustres.


Rozsda guidait ses amis dans ce qu’il appelait « le chemin des arts ». Mais les rues en pente et l’âge arrivant l’ont convaincu de faire certains trajets en «mini bus» qui faisait de « l’itinéraire linéaire » une « joyeuse marelle spatio-temporelle » associant la marche à pied, le métro et le bus pour voyager dans l’espace tout en sautant d’une époque à une autre, grâce à son imagination, pour rencontrer les demeures de ceux qui ont marqué l’histoire de l’art du XIX ° et du XX°siècle.


Le parcours de ce jeu de piste correspond au trajet du bus 40 qui, grâce à l’agilité, la maniabilité et la taille réduite de ses véhicules, permet d'approcher tous les points névralgiques de la butte, presque de plain-pied.


En deux heures, nous pourrons sauter « à pieds-joints » de la Mairie du 18e à la Mairie du 9earrondissement (dans l’espace) et du 18e au 20e siècle (dans le temps) en arpentant le mythique « Mont des Martyres » et la glorieuse « Nouvelle Athènes » terreaux du romantisme, de l’impressionnisme, puis du cubisme.