HOMMAGE À ROZSDA - 2009

Dix ans après la mort, l’art d'Endre Rozsda et ses différents moyens d’expression - la peinture, le dessin et la photographie - a fait l’objet de plusieurs événements.

Du 20 avril au 20 mai, Budapest ville de sa jeunesse, lui a rendu un grand hommage avec trois expositions. Les musées, la municipalité, l’université et les institutions culturelles franco-hongroises se sont mobilisés.

En Septembre à Paris, sa ville d’adoption, ses amis et l’Institut Hongrois ont fait revivre son œuvre peinte, graphique et photographique avec une sélection de ses tableaux, dessins et photographies,  dans le quartier où il a travaillé jusqu’à la fin de sa vie.

ROZSDA INTIME, Galerie La Hune Brenner, Paris

 

Dominique Desanti, écrivain et philosophe sort de l'exposition

« Rozsda intime, dessins et aquarelles des années 40 » 

à la galerie La Hune.

ROZSDA - PEINTRE ET PHOTOGRAPHE,

l'Espace Bateau Lavoir, Paris

 

Dix-huit tirages argentiques montrés au public pour la première fois,

trois tableaux de sa première époque et 9 toiles de 1960 à 1990.

LES RÊVES DE ROZSDA, Galerie Municipale de Budapest

 

« Côté Pest, près du Pont Elisabeth, la Galerie Budapest organise l'exposition “Les rêves de Endre Rozsda”, célèbre surréaliste hongrois et parisien. Dans ses peintures et ses dessins, on reconnaît un journal imagé. C’est l’automatisme contrôlé qui décrit le mieux sa méthode créative, avec le flux de pensées et de visions libérées, débridées, dans lequel l’érotisme et la métaphysique occupent également une place importante, comme l’a évoqué Julia Cserba, commissaire de cette belle exposition. Les amateurs d’art découvriront une oeuvre unique dans une présentation exceptionnelle à Budapest.

 

Puis il vous suffira de traverser le pont et, côté Buda, cinq autres

expositions savamment composées nous font revivre l’oeuvre de

Rozsda. Des photos, longtemps restées inédites et mises à jour

par Károly Kincses, sont exposées à l’Institut Français où nous

avons rencontré Alba Romano Pace qui a inauguré l’exposition.

«C'est de l’art magmatique, un voyage dans le temps à la

recherche de son enfance», constate Alba, historienne d’art

parisienne. «C’est un photographe mystérieux et un peintre

délirant», disait José Mangani, membre de l’Association des Amis

de Endre Rozsda qui a sauvegardé l’atelier du peintre au

Bateau-Lavoir à Paris.

 

«Peintre de l’énigme dans son cosmos des corps éclatés, c’est un homme d’une élégance rare, profond, ironique et fier, qui ne faisait que peu d’efforts pour vendre ses oeuvres», se rappelle Dominique Desanti.» - Le Journal Francophone de Budapest

Galerie Várfok, Budapest

 

La Galerie Várfok a consacré une série d’expositions en honneur d’Endre Rozsda, décédé en 1999, 10 ans plus tôt. Le but des expositions était de donner un aperçu de l’art spécial de Rozsda.

Au printemps 2009, dans la rue Várfok, quatre sites différents ont été présentés les œuvres de Rozsda jamais exposés auparavant en Hongrie : peintures, dessins, aquarelles.

 

Dans la Salle Várfok ses premiers œuvres sur papiers, réalisés entre 1935-55, ont été présentés, et dans la Salle XO ses œuvres surréalistes, créés après la deuxième Guerre Mondiale, ont été montrés.

 

A l’occasion des expositions commémoratives, la Galerie Várnegyed a également rejoint la série d’expositions, ou les visiteurs puissent voir une sélection des peintures anciennes de Rozsda. En outre, la Galerie 19, « surface exposition » plein-air de la Galerie Várfok à la rue Várfok, a été présenté les œuvres de Rozsda pendant des mois sur les surfaces verres.