Un dessin emblématique en vente à Drouot

Après l’écrasement de la révolution hongroise en 1956, Endre Rozsda quitte la Hongrie et s’installe de nouveau à Paris. Tout juste après son arrivée dans la capitale, il rencontre André Breton et sa première femme Simone Collinet qui lui proposent d’exposer ses œuvres dans la galerie qu’elle dirige. L’exposition se tient du 25 février au 9 mars 1957, Galerie Furstenberg, et présente les tableaux de sa période 1945-1948 rapportés clandestinement de Hongrie avec l’aide du Directeur de l’Institut Français de Budapest. De 1957 à 1963, Rozsda exposera plusieurs fois ses œuvres dans la galerie de Simone Collinet qui était un des foyers du surréalisme à cette époque.


André Breton a consacré un texte à Rozsda, texte publié dans le catalogue de l’exposition de 1957 et repris en 1965 dans l’édition définitive du Surréalisme et la peinture.


De Rozsda, André Breton possédait deux œuvres : Cache-cache (une huile sur toile de 1958) et Nu féminin allongé (un dessin à la mine de plomb). C’est ce dessin qui réapparaît aujourd’hui de façon inattendue et qui sera mis en vente le 8 juin 2018 à 14h (lot n° 29) à Drouot.


Endre Rozsda : Nu feminin allongé (Mine plomb, 25 x 38 cm)

Pour en savoir plus sur cette vente, rendez-vous sur le site de Drouot.